Toute l’actualité économique
Inscription au répertoire


Rapport financier 2003 : Longueuil enregistre un surplus budgétaire de 19,4 millions de dollars


Le responsable des finances au comité exécutif de Longueuil, Jean Gérin, a présenté ce soir lors de l'assemblée du conseil municipal, le rapport financier de la nouvelle Ville de Longueuil, pour l'année 2003, qui fait état d'un surplus budgétaire de 19,4 millions de dollars.

Ce deuxième surplus budgétaire consécutif de la nouvelle ville de Longueuil est dû principalement à l'augmentation des revenus provenant de la croissance de la ville. Combinée à une réduction des dépenses réelles. Ces résultats permettent entre autres à Longueuil d'augmenter l'avoir des contribuables et de réduire les coûts de la dette pour les prochains exercices financiers.

Pour le maire Jacques Olivier, ce rapport financier démontre concrètement le potentiel de croissance économique de Longueuil. « Après seulement deux exercices financiers complétés, la nouvelle Ville de Longueuil bénéficie déjà de revenus supplémentaires importants provenant de son développement. Ces revenus nous permettent d'investir au profit de l'ensemble des citoyens et des citoyennes. »

« Notre administration en est déjà à son deuxième surplus budgétaire d'importance en deux ans. Cela démontre la constance de notre gestion et la qualité de notre vision financière », a pour sa part déclaré Jean Gérin lors de sa présentation.

Le rapport financier 2003 porte sur les résultats du premier budget adopté par l'administration du maire Jacques Olivier, puisque le rapport financier précédant avait porté sur le budget 2002, préparé par le comité de transition.

Des revenus réels supérieurs aux prévisions
En 2003, les revenus réels de la Ville de Longueuil ont été de 439,3 millions alors que le budget adopté avait prévu des revenus de 398,6 millions. Cet écart de 40,7 millions provient principalement de revenus de sources locales supérieurs imputables à l'activité immobilière soit les droits de mutation, la vente de terrains et la contribution des promoteurs pour la construction des infrastructures des projets domiciliaires.

Les dépenses de Longueuil ont aussi été plus importantes que les prévisions pour un montant comparable à l'écart des revenus si bien que, « si on exclut les activités qui doivent à la fois être comptabilisées dans les revenus et les dépenses, les résultats montrent une économie de 800 000 $ dans les dépenses par rapport aux prévisions du budget 2003 », a fait observer Jean Gérin.

Contrôle et réduction des coûts de la dette
La dette globale de Longueuil passe de 442 millions à 440,3 millions, une diminution de 1,7 million. Mais c'est surtout par des remboursements anticipés de la dette attribuable à l'ensemble, s'élevant à 11,5 millions, que Longueuil réduira les dépenses de ces prochains exercices relativement du coût de la dette.

L'avoir des contribuables a augmenté de 4,3 millions en 2003. Du surplus de 19,4 millions, 10,9 millions ont été affectés laissant ainsi un solde de 12,1 millions dont le conseil municipal dispose pour pourvoir à la constitution de réserves et pour entreprendre certains projets. Au 31 décembre 2003, les surplus accumulés atteignent 54 millions.

Les investissements en 2003

En 2003, les investissements en immobilisations ont atteint 111,8 millions, une hausse de 38,5 millions par rapport à 2002, première année d'existence de Longueuil. Les investissements les plus importants ont été réalisés dans les secteurs du transport (10,6 millions), de l'hygiène du milieu (10,2 millions) et des loisirs (13,7 millions).

« En regardant la performance économique et financière de la nouvelle Ville de Longueuil au cours des deux dernières années, je suis fier d'affirmer que nous avons respecté nos engagements en faisant du développement économique une priorité élevée. Ce sont nos citoyens qui bénéficient des retombées positives de cet essor et de la richesse collective qui ne cesse de croître », a conclu le maire Jacques Olivier.

RETOUR AUX